Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Fringe’

Comme c’est la grève (mais qu’on travaille ici à Barcelone, voir la discussion ici J) et à la suite du commentaire de Funksoulbrother sur mon premier article sur les génériques télé (voir ici) j’ai essayé de faire un deuxième choix dans ce monde si talentueux. Evidement, en ce qui me concerne, les meilleures ont déjà étaient choisies dans ma première liste. Celles-ci seront moins cohérentes et mon jugement se fera sûrement pour des raisons autres que purement esthétiques.

 

Pour rendre hommage à Funksoulbrother, Mad Men même si je ne suis pas si fan, Trop «cérébrale» et léchée, un peu comme la série.

Comment avais-je pu oublier ? Le générique de référence (mon péché mignon). J’en rêve encore..

Il avait été éliminé de l’autre post car la série partait dans tous les sens mais en regardant plus souvent Fringe, on voit que c’est assez bien fait.

 

A vrai dire je connais pas la série (je vais m’y mettre) mais voilà une série Showtime sans trop la marque Sho (comme Dexter ou Weeds). Assez tendance avec un côté montage « primitif » qui n’est pas sans rappeler les clips de Michel Gondry.

 

Simple et efficace. Mais ça commence à trotter dans la tête. Signe que c’est un très bon générique. Fait pour durer.

 

Et, pour finir et rendre un petit hommage, voilà ceux de Le Prisonnier. Un peu datés mais l’esprit reste encore.

Read Full Post »

fringe2

A vrai dire, c’est un pari sans risque, qui semble presque gagné d’avance. Pourquoi? Car Fringe est la nouvelle série de J.J Abrams, le vrai chouchou de Hollywood ces dernières années. C’est à lui que l’on doit notamment des séries cultes comme Alias ou Lost (la référence en matière de séries), le scénario de Armageddon ou la réalisation de «M : i : III» (Mission Impossible III). Si à cela on ajoute un excellent savoir faire en matière de nouvelles techniques publicitaires et une compétence à toute épreuve quant aux timings de production et diffusion, on comprend parfaitement que le pari était biaisé.

Car Fringe était déjà un vrai succès avant même d’être sorti aux Etats-Unis! En effet, pas un seul épisode n’avait encore été diffusé à la télévision outre-atlantique (le premier était prévu pour la rentrée) et, déjà, la série s’était forgée un public impatient de voir la première saison. C’est évidement grâce à l’apparition de l’épisode pilote sur Internet que le phénomène s’est amorcé. L’intéressé parle logiquement de piratage. Mais sachant que sa dernière création (en tant que producteur), Cloverfield, a bénéficié d’un plan de marketing viral (e-mailing, spam, publicité énorme sur Internet…) exemplaire en tout point, que la qualité de la copie qui circule est admirable (contrairement à des « vrais » piratages où la copie est défaillante ou marquée d’une surimpression) et que le moment ne pouvait être mieux choisi (deux mois avant la sortie), il serait plus juste de penser qu’Abrams a compris que le futur des séries passe par la toile.

C’est un fait que la pure audience (c’est-à-dire les spectateurs U.S) ne sont plus le seul critère pour renouveler ou maintenir un programme. Le nombre de téléchargement, les forums, les pages indexées, l’accueil et l’attente du public mondial avant sa « vraie » diffusion, les offres d’achats des chaînes internationales sont autant de facteurs essentiels pour le bon fonctionnement d’une série.

Pour l’histoire, elle est simple, ce qui a l’avantage de permettre tous les développements postérieurs. Un avion de ligne atterrit aux Etats-Unis avec tous les passagers morts pour une raison que l’on ignore. Le FBI se retrouve à mener l’enquête mais le partenaire (professionnel et sentimental) de l’agent Olivia Dunham (la charmante Anna Tory), est grièvement blessé. Pour le sauver elle va enquêter sur des expériences et  des phénomènes étranges et s’aventurer dans une aventure dangereuse avec l’aide du Dr Bishop et de son fils, Peter.

La Fox, diffuseur de la série, aime à présenter le programme comme un sulfureux combiné de X Files et Twilight Zone (une énorme référence pour les geeks de la planète). Avec un seul épisode, même de 80 minutes, on n’en a pas encore vu assez mais notre « intuition » (c’est-à-dire des heures devant toutes sortes de séries) nous dit qu’elle ne sera pas à la hauteur de Lost. Mais, qu’on le veuille ou non, il est facile de parier que ce sera « la » série à voir avant la fin de l’année car elle résume, à elle seule, l’extrême raffinement et la parfaite maîtrise des techniques classiques (scénaristiques, narratives, visuelles….) auxquelles sont arrivées les séries contemporaines.

 

Pour :

– Ceux qui veulent toujours être au courant de la série branchée du moment

– Ceux qui aiment les mélanges de théorie du complot (avec, bien sûr, une grande entreprise derrière tout ça), événements paranormaux et scénario délié (une spécialité de Abrams faute de voir le prometteur final de Lost)

– Ceux qui apprécient qu’une femme lance « Interrogez-le » à un collaborateur en pointant du doigt un homme mort depuis cinq heures (le timing a l’air d’être important)

 

Contre :

– Ceux qui cherchent à comprendre quelque chose à Twin Peaks

– Les inconditionnels de X-Files. Ça sent la reprise non avouée.

– Ceux qui n’aiment pas le banal format «enquête par épisode» (après le pilote la série a l’air de s’acheminer dans cette direction au grand désespoir de nombreux spectateurs, dont je fais partie…)

Read Full Post »